Quelle Norme pour les Chaussures de Sécurité ?

En France, porter des chaussures de sécurité est réglementé au niveau européen par la norme EN ISO 20345:2011 regroupant les normes SB, S1, S1 P, S2, S2 P, S3, S4, S5 et SBH.

norme chaussure de securite

Il y a beaucoup de modèles de chaussures de sécurité ou de protection, faisant l’objet d’une multitude de différentes normes. Ces équipements sont divisés en trois grandes catégories, en fonction du degré de danger encouru par l’utilisateur. Puis, diverses normes et symboles peuvent survenir par rapport aux chaussures de sécurité. Dans cet article, nous allons voir en détails ce que chaque sigle signifie vraiment. Si vous vous retrouvez perdu face aux multiples normes de sécurité existantes sur le marché, lisez ce qui va suivre. En effet, il peut être compliqué de comprendre quels produits avec quelles normes pourront répondre à vos besoins. Ne paniquez surtout pas et découvrez tout ce qu’il faut savoir ! N’hésitez pas à cliquer également ici : Meilleures Chaussure de Securite

La chaussure de sécurité en détails

Caractéristiques de base des chaussures de sécurité

Tout comme les dangers auxquels font face les travailleurs, les caractéristiques des chaussures de sécurité changent beaucoup d’un modèle à l’autre. Or, toutes doivent avoir un coefficient de frottement de 0.15 tout au plus, ce qui caractérise leur résistance à l’usure. Puis, il faut s’accorder aux exigences minimales que sont :

  • Une protection du métatarse ainsi que des orteils face aux chocs verticaux ;
  • Une protection des chevilles ainsi que des malléoles face aux chocs latéraux ;
  • Une solidité à la déchirure, à la torsion mais également à l’abrasion ;
  • Une perméabilité garantissant la respiration du pied ;
  • La robustesse face aux hydrocarbures ;
  • Un choix de matériaux et de reliefs permettant une fonction antidérapante des semelles ;
  • Un amortissement sans failles des chocs lors de chutes et/ou de sauts ;
  • Et enfin, différentes autres propriétés selon l’utilisation désirée : isolation (s’il y a risque électrique), régulation thermique ou encore semelles anti-perforation.

A lire : Le Test des Chaussures de Sécurité Goodyear Gysh1503

Quelles sont les diverses capacités de protection ?

En fonction des dangers encourus, les modèles de chaussures de sécurité peuvent avoir des caractéristiques comme :

  • Embout doté d’une coque acier ou synthétique, d’une longueur comprise entre 32 et 42 mm en fonction de la pointure, avec ou sans coussinet protecteur de confort
  • Semelles solidifiées ;
  • Tige de maintien de la cheville ;
  • Semelles antidérapantes ainsi qu’anti-perforation ;
  • Revêtement imperméable ;
  • Résistance thermique ;
  • Anti-statisme (solidité face à l’électricité) ;
  • Absorption d’énergie au niveau du talon s’il y a chocs répétés comme des sauts ;
  • Et enfin matériaux, coloris et formes diverses : de la botte à la basket, ou encore la sur-chaussure

Quelles sont les trois catégories de chaussures ?

Comme les secteurs de travail – et par conséquent les besoins – sont très divers, les chaussures ont été catégorisées en trois groupes, en fonction de la protection proposée par leur embout ou coque :

  • Les chaussures de sécurité à utilisation professionnelle, où l’embout permet de protéger le pied face à un choc semblable à un objet de vingt kilos tombant d’un mètre (ce qui correspond à une énergie libérée de 200 joules) et contre un écrasement correspondant à 1500 kilos.
  • Les chaussures de protection à utilisation professionnelle, où l’embout protège le pied face à un choc équivalent à un objet de dix kilos tombant d’un mètre (soit 100 joules) et contre un écrasement correspondant à mille kilos.
  • Et enfin, les chaussures de travail à utilisation professionnelle, pour lesquelles il n’y a tout simplement pas d’exigences spécifiques.

Des normes différentes selon les chaussures de sécurité

Les chaussures de sécurité s’avèrent être des équipements de protection individuelle ou EPI permettant de protéger efficacement les pieds, et même quelquefois les chevilles ainsi que les mollets, des différents dangers qui découle des exigences de chaque métier. Il faut savoir que deux grandes catégories d’accidents peuvent arriver pour ce qui est des blessures aux pieds : les traumatismes causés par les perforations, les écrasements ou encore les lacérations ainsi que les blessures à la suite de glissades, de faux mouvements, de chutes ou de sollicitations causées par le port de chaussures n’étant pas adaptées. Les risques auxquels sont soumis l’utilisateur changent selon l’environnement du travail et les tâches qu’il doit faire. Sachez qu’il peut découler des coups mais également des produits corrosifs, des chocs électriques ou thermiques, des rayonnements, voire des chutes.

Selon l’intensité des dangers auxquels les pieds des utilisateurs sont soumis, il y a trois catégories de chaussures : les modèles de sécurité, ceux de protection ainsi que deux de travail​. Des normes différentes s’appliquent à ces trois catégories. N’hésitez pas à effectuer des tests quand vous aurez choisi votre modèle, par rapport à la pointure des chaussures notamment.

Chaussures de sécurité

Par rapport à cette catégorie, voici les différentes normes applicables :

  • EN 345 S1 : le matériau utilisé doit être le cuir ou n’importe quelle autre matière, sauf le caoutchouc ou bien les polymères. Outre les exigences de résistance aux chutes d’objets et d’écrasement déjà vues plus haut, les chaussures S1 doivent aussi assurer l’innocuité, le confort ainsi que la robustesse, avoir un arrière fermé, garantir l’absorption d’énergie par rapport au talon et avoir des caractéristiques antistatiques.
  • EN 345 S2 (S4 pour les modèles en polymères) : exigences semblables à la catégorie précédente, avec en plus une tige imperméable.
  • EN 345 S3 (S5 pour les polymères) : exigences semblables que pour les S2, avec en plus des semelles à crampons ainsi qu’anti-perforation.

En outre, la totalité des chaussures de sécurité doivent être conformes à la norme XPS 73-012, par rapport à la protection contre le danger de glissade sur sols industriels lisses et/ou gras. Il faut savoir que des lettres additionnels peuvent suivre les normes ci-dessus. Elles caractérisent les protections complémentaires suivantes :

  • P : semelle anti-perforation ;
  • E : absorption des chocs par rapport au talon ;
  • C : résistance électrique en-dessous des 100 k W (chaussure qui est dite « conductrice ») ;
  • A : chaussures avec des matériaux intégrant des caractéristiques antistatiques ;
  • CL : chaussures avec une isolation thermique qui ralentit la montée de la température (jusqu’à 22 degrés) ;
  • WRU : étanchéité de la tige à la pénétration et à l’absorption d’eau ;
  • HRO : solidité de la semelle à la chaleur (300 degrés au maximum pendant une minute)

Chaussures de protection

Pour ce qui est de ces chaussures, l’unique et seule norme applicable est NF EN 346, imposant un embout de protection résistant à une énergie de 100 joules. Rappelons qu’il s’agit d’une charge de dix kilos tombant d’une hauteur d’un mètre.

Chaussures de travail

Ces dernières doivent répondre à la norme NF EN 347, séparées en cinq classes :

  • EN 347 O1 : caractérise des chaussures de travail à utilisation professionnelle, en cuir ou autre matériau (polymères et caoutchouc étant exclus), assurant solidité, confort mais aussi innocuité. L’arrière doit être fermé et la chaussure avoir une résistance antistatique, absorber les possibles chocs au niveau du talon et être solide face aux hydrocarbures (semelles) ;
  • EN 347 O2 : propriétés semblables avec également une étanchéité par rapport à la pénétration d’eau ;
  • EN 347 O3 : exigences semblables à norme précédente, avec en plus une résistance à la perforation et l’intégration de crampons sous les semelles ;
  • EN 347 O4 : exigences semblables à la norme EN 347 02, mais concernant les bottes de travail ;
  • EN 347 O5 : propriétés semblables par rapport à la norme précédente, optimisées de la résistance à la perforation ainsi que de semelles à crampons.
  • Signalons que les modalités d’essai correspondant aux normes citées sont présentes dans la norme EN ISO20344.

Autres obligations

Outre les normes, les chaussures de sécurité doivent faire apparaître différents sigles attestant de leur conformité. Ceci intègre notamment un marquage CE indélébile mais également une déclaration de conformité variable en fonction du degré de gravité des dangers rencontrés (auto-certification, attestation CE de type, attestation CE de type et de qualité). En outre, il faut savoir que les chaussures de sécurité doivent inclure une notice d’usage.

Bien que les textes de lois soient plus qu’évasifs par rapport aux obligations au niveau du port d’E.P.I., les normes présentes sur les chaussures sont bel et bien là. Ces dernières sont extrêmement pertinentes et claires. Reste à l’employeur à définir de façon objective les risques encourus par ses salariés, en fonction du domaine d’activité, puis à effectuer en conséquence le choix des bonnes chaussures.

A voir également : Le Test des Chaussures de Sécurité Safety Jogger

Le choix des normes de sécurité dans les chaussures

Avez-vous l’utilité de chaussures de sécurité pour votre travail ? Dans ce cas, effectuez votre choix en fonction de votre activité professionnelle. Ainsi, si vous désirez des modèles bas ou montants afin de travailler en intérieur, optez pour une chaussure ou basket de sécurité en normes S1P. Cela peut notamment être pour du transport, de la logistique, de la vente en jardinerie, de la vente en bricolage, de la préparation de commandes ou encore de l’installation de climatisations.

Par contre, si vous avez besoin de modèles de sécurité bas ou hauts dans le but de travailler en extérieur ou en environnement humide, nous vous conseillons de préférence une chaussure ou basket de sécurité aux normes S3 plus robuste pour le travail en extérieur sur sols humides. Cela est dû à la tige imperméabilisé des chaussures. Au final, qu’elle soit de sécurité, de protection ou encore de travail, une chaussure ou une botte marquée CE assure des niveaux de confort ainsi que de solidité semblables définis par les normes et étant les spécifications de base.

À retenir : Les normes de bases

  • Norme S1 : Elle est destinée aux chaussures de sécurité de base pour le travail à l’intérieur. Elles intègrent notamment un embout de protection, une semelle robuste face aux hydrocarbures ainsi qu’aux huiles minérales. En outre, sachez qu’elles sont antistatiques et munies d’un talon absorbant les chocs.
  • Norme S1P : Cette dernière reprend la norme S1 à la seule différence près que la lettre P veut dire que la semelle est anti-perforation.
  • Norme S2 : Destinée au travail à l’intérieur comme à l’extérieur. Les chaussures dotées de cette norme sont imperméables. Outre cela, elle répondent aux mêmes exigences que la norme S1.
  • Norme S3 : Cette norme est semblable à la norme S2. Elle intègre également une semelle anti-perforation.
entretien-maison-nettoyage