Microscope

Il vous faut choisir un microscope mais vous n’avez aucune idée de l’appareil vers lequel vous devez vous tourner ? Voici un guide d’achat complet pour vous aider !

Provenu de l’imagination d’un concepteur de lunettes au temps du roi Henri IV et optimisé quatre vingt années plus tard afin de découvrir les objets invisibles à l’œil nu, le microscope est désormais un équipement indispensable pour les chercheurs ainsi que les scientifiques mais il demeure également un équipement de découverte pour les bambins. Il a permis la découverte de bactéries, de virus mais également l’élaboration de vaccins. Il est pertinent de remarquer que le terme « microscope » est issu des mots grecs « micron » et « skopein » qui veulent dire de façon respective « petit » et « observer ».

comparatif microscope

Désormais, optimisé et présenté sous diverses formes et fonctionnalités, le microscope a également agrandi sa cible. Effectivement, dès le plus jeune âge, l’univers de la microscope fascine, ce qui fait que de nombreux enfants désirent découvrir cet univers installé juste sous nos yeux et pourtant qui demeure inaccessible sans l’équipement adapté. Afin de vous aider dans votre sélection, n’hésitez pas à consulter notre guide d’achat où vous dénicherez des produits qui répondront certainement à vos besoins.

Un microscope peut se montrer pertinent, que ce soit pour une utilisation professionnelle ou uniquement afin de se divertir. Toutefois, la sélection d’un microscope de qualité n’est pas une chose simple puisqu’il faut savoir comment en sélectionner un afin de posséder un équipement doté d’un bon rapport qualité/prix. Afin de choisir le meilleur, il faut penser à prendre en considération la tête du microscope, son éclairage ainsi que son objectif. Vous souhaitez vous procurer un nouvel équipement afin de vous divertir ou pour une utilisation professionnelle mais vous ne possédez pas de suffisamment de temps pour dénicher par vous-même le produit qui vous correspond ? N’hésitez pas à découvrir notre sélection de produits. Nous vous proposons de venir découvrir aussi notre page : TOP Comparatifs du moment !

Sommaire

Notre Sélection des Meilleurs Microscopes

Microscope Buki – MR600

Microscope Buki - MR600

En Bref : Équipement de bonne facture. Il se trouve de plus en plus compliqués de dénicher des microscopes conçus pour les enfants qui se montrent robustes. La majorité des variantes effectivement ne résistent pas après plusieurs mois d’usages puisqu’elles sont élaborées à partir de plastique. Pas de problème avec le modèle Buki – MR600 car il est fabriqué en métal résistant pour davantage de stabilité et ses optiques sont en verre.

Au moyen de ses trois zooms x100, x250 et x1000 en Haute Définition, les observations se montrent en plus super précises d’autant plus avec l’éclairage LED dont il est muni. Éclairage qui, nous tenons à le préciser, garantit une meilleure transparence aux spécimens observés.

Caractéristiques :

  • Poids : 1,8 kilos ;
  • Dimensions : 37 x 20 x 32,2 cm
  • Recommandé : de 8 à 17 ans
  • Piles : deux piles LR06
  • Accessoires : mélangeur, pince, lamelles, micro-trancheuse, boîte de Petri, etc.
  • Trois types de grossissement : x100, x250 et x1000.
  • Multiples activités scientifiques et amusantes

Afficher les points positifs et négatifs

Points forts

  • Matériaux utilisés pour la fabrication ;
  • Plusieurs fiches détaillant des expériences ;
  • Éclairage LED de très bonne qualité ;
  • Zooms et grossissements ;
  • Qualité d’image.

Points faibles

  • Qualité de conception plutôt cheap ;
  • Insertion de la pile assez difficile.

Microscope BIOHEALTH PARIS DR-1000

Microscope BIOHEALTH PARIS DR-1000

En Bref : Si vous vous interrogez concernant le monde qui vous entoure, le microscope BIOHEALTH PARIS DR-1000 vous conviendra tout à fait. Partez à la découverte de l’infiniment petit au moyen de ses cinq lamelles échantillons présentes lors de la livraison. Au moyen de sa pochette de rangement, votre équipement est constamment protégé de façon à que vous puissiez le transporter là où vous le désirez. Cet appareil fonctionne avec une pile AA dont la première est incluse au sein du colis.

Ce modèle offre de multiples points forts : il est facilement transportable, il dispose d’un poids plume et les matériaux utilisés sont de bonne facture.

Caractéristiques :

  • Accessoires : un microscope, une sacoche et une pile
  • Produit : fabriqué à partir de plastique
  • Poids : 15 grammes
  • Taille : 60 x 120 centimètres
  • Accessible en couleur Dark Purple
  • Lentille en couleur transparente
  • Présenté par le groupe BIOHEALTH PARIS

Afficher les points positifs et négatifs

Points forts

  • Aisance de l’utilisation ;
  • Taille de la sacoche de rangement ;
  • Qualité générale du produit ;
  • Article fonctionnel ;
  • Réglages pertinents.

Points faibles

  • Éclairage LED ;
  • Zooms et grossissements trop forts.

Microscope Bysameyee

Microscope Bysameyee

En Bref : Alimenté par le biais d’un câble USB, ce modèle est beaucoup utilisé par de nombreuses personnes puisqu’il se montre performant pour la collection de pièces, dans un sens éducatif, l’examen de plusieurs composés ainsi que la dissection. La facilité d’usage est au rendez-vous puisque vous aurez la possibilité d’opérer facilement au moyen d’un logiciel compris, vous pourrez également l’utiliser comme un instrument de mesure.

Avec un seule touche, vous pourrez prendre des photographies tout comme zoomer sur l’objectif. Bref, il s’agit d’un équipement de qualité dont nous vous recommandons l’acquisition.

Caractéristiques :

  • Dimensions : 153 x 100 x 270 mm
  • Poids : 1 kg
  • Oculaires : x10 ainsi que x16
  • Temps de la garantie : deux années
  • Divers grossissements et objectifs
  • Système de double éclairage
  • Port USB permettant la photo ainsi que la fonction vidéo
  • Accessoires : microscope, objectif, oculaires, équipements servant au microscope, diapositives, USB oculaire, préparations, sac de rangement et manuel d’utilisation.

Afficher les points positifs et négatifs

Points forts

  • Qualité d’image satisfaisante ;
  • Zoom performant sans perte de qualité ;
  • Utilisable en OTG ;
  • Présence des CD permettant l’installation sur PC.

Points faibles

  • Logiciel de calibration peu performant sur Windows ;
  • Peu pertinent concernant le zoom d’un objet ;
  • Qualité de fabrication assez cheap.

Microscope National Geographic 40x-1024x

Microscope National Geographic 40x-1024x

En Bref : Ce modèle conviendra parfaitement à vos enfants envieux de découvrir le monde qui les entoure puisqu’il se révèle simple d’utilisation et la qualité d’image se montre satisfaisante même lorsque vous la grossissez. En outre, la lumière installée au-dessus mais aussi en-dessous permet de réaliser différentes sortes d’observations telles que celles d’un insecte, de la cristallisation du sel, de l’eau, … Cet équipement demande toutefois de l’attention concernant la manipulation afin de profiter d’une bonne durée de vie.

Soulevez-le au moyen de la potence ou du socle pour limiter les risques de chute de l’oculaire. Protégez-le également de la poussière lorsque vous ne vous en servez plus.

Caractéristiques :

  • Type de microscope : monoculaire
  • Poids : 1 kg
  • Type d’éclairage : LED haut et bas
  • Capacité de grossissement : allant de x40 à x1024
  • Oculaires : de x10 et x16 ;
  • Dimensions : 170 x 140 x 250 mm
  • Temps de la garantie : 2 ans

Afficher les points positifs et négatifs

Points forts

  • Bonne qualité d’observation au moyen des zooms et de l’éclairage ;
  • Possibilité de brancher l’équipement avec un ordinateur ;
  • Nombreuses fiches détaillées contenues dans le colis ;
  • Présence d’un sac de rangement ;
  • Solidité de l’équipement.

Points faibles

  • Tableau manquant de mobilité ;
  • Usage assez compliqué pour les plus petits.

Microscope TELMU 40x À 1000x

Microscope TELMU 40x À 1000x

En Bref : Ce microscope se révélera être un cadeau idéal pour vos enfants avides de découvrir le monde qui les entoure. Vendu avec deux oculaires en métal, trois lentilles d’objectifs ainsi que la possibilité d’ajuster librement les grossissements, vous pourrez réaliser différents réglages. En outre, vous retrouverez au sein du colis cinq morceaux en verre. L’équipement se dote de deux dispositifs d’éclairage positionnés respectivement au-dessus et en-dessous du spécimen observé. .

En bref, cet équipement regroupe toutes les qualités dont doit posséder un microscope destiné aux enfants sans pour autant passer pour un jouet. Vous ne serez pas déçu

Caractéristiques :

  • Type de microscope : monoculaire
  • Dimensions : 34 x 27,8 x 17,6 cm
  • Pas d’assemblage demandé
  • Des piles sont indispensables pour le fonctionnement
  • Accessoires  : une oculaire WF10X, une oculaire WF25X, cinq tranches biologiques, cinq lames biologiques vides, un support de téléphone ainsi qu’un manuel de l’utilisateur.

Afficher les points positifs et négatifs

Points forts

  • Ensemble robuste ;
  • Finitions de qualité ;
  • Deux dispositifs d’éclairage ;
  • Réglages pertinents ;
  • Prise de vue possible.

Points faibles

  • Support mobile manquant de solidité ;
  • Usage de piles ;
  • Pas de branchement électrique.

Microscope TELMU XSP-11XT

Microscope TELMU XSP-11XT

En Bref : Pourquoi opter pour le modèle TELMU XSP-11XT ? Pour commencer parce que le transport se fait dans les meilleures conditions possibles. En effet, il se dote d’une poignée de transport ainsi qu’un sac de rangement afin d’être emmené là où vous le désirez de manière protégée. Fabriqué à partir de plastique et de métal seulement, ce modèle se dote d’un poids plume afin de s’adapter aux enfants.

Parmi ses nombreux points forts, vous apprécierez la présence de 70 accessoires qui vous permettront de débuter vos observations dès la réception du colis. Il s’agit aussi d’un très bon produit.

Caractéristiques :

  • Poids : 2,24 kg
  • Dimensions : 352 x 348 x 120 mm
  • Trois objectifs compris : x300 x600 et x1200
  • Pas de piles incluses au sein du colis
  • Présenté par le groupe TELMU
  • Se dote d’une valise de transport

Afficher les points positifs et négatifs

Points forts

  • Produit précis et fable ;
  • Aisance de l’usage ;
  • Multiples accessoires compris ;
  • Divers réglages et nombreuses possibilités.

Points faibles

  • Fonctions trop basiques ;
  • Niveau moléculaire ne pouvant pas être analysé.

Notre guide d’achat sur les microscopes

Beaucoup de personnes ne savent comment choisir son microscope. Ainsi, nous vous avons pensé et concocté ce guide d’achat qui vous offrira la possibilité de trouver le matériel répondant à vos besoins.

microscope

Découvrons ensemble les différents critères afin de choisir le meilleur appareil possible.

Qu’est ce qu’un microscope ?

Le microscope optique ou également appelé microscope photonique désigne un instrument d’optique équipé d’un objectif ainsi que d’un oculaire. Il offre la possibilité de grossir l’image d’un objet de petite taille et de distinguer les détails de cette même image afin de se montrer observable par l’œil humain. On s’en sert en biologie, afin d’observer les tissus, les cellules, en pétrographie afin de reconnaître les roches, en métallurgie ainsi qu’en métallographie afin d’examiner la structure d’un métal ou bien d’un alliage.

N’allez pas le confondre avec la loupe binoculaire qui ne demande pas des échantillons plats de petite épaisseur ou réfléchissants, et offre la possibilité d’observer des pièces naturelles sans préparation au préalable en grossissant l’image d’un facteur peu élevé mais en conservant une vision stéréoscopique parfait pour l’examen macroscopique de criques, de grains, de fissures, …

A regarder : Comment utiliser un microscope ?

Comment un microscope est-il constitué ?

Un microscope se dote de multiples éléments. Les voici :

  • Un miroir qui permet de réfléchir la lumière ambiante afin d’éclairer l’échantillon par au-dessous.
  • Une source de lumière artificielle couplée à un condenseur permettant de remplir d’une manière régulière et homogène le champ observé.
  • Le diaphragme, utilisé également pour les appareils photos, offre la possibilité majoritairement de faire changer la profondeur de champ.
  • La platine porte-échantillon est l’endroit où vous posez l’échantillon. Les valets permettent de tenir ce dernier quand celui-ci est mince. La platine peut se montrer mobile, ce qui sert à balayer l’échantillon et de choisir la zone observée.
  • Les objectifs désignent la lentille ou l’ensemble de lentilles servant au grossissement. On compte fréquemment plusieurs objectifs équivalant à plusieurs grossissements, installés sur un barillet.
  • La mise au point rapide et micrométrique s’effectue au moyen de molettes qui permettent de faire descendre et monter l’ensemble objectif-oculaire grâce à un système dé crémaillère qui permet de conduire le plan focal sur la partie de l’échantillon à analyser.
  • L’oculaire correspond à la lentille ou l’ensemble de lentilles construisant l’image d’une façon reposante pour l’œil. Les rayons arrivent de manière parallèle ce qui permet un relâchement des muscles gérant le cristallin. Deux oculaires positionnés sur une tête, nommée binoculaire, rend plus agréable l’observation. L’oculaire peut être remplacé au moyen d’un appareil photographie ou bien d’une caméra vidéo ou CCD, lorsqu’il s’agit de la vidéo-microscopie.

Quels sont les différents genres de microscopes ?

Microscopie en réflexion

Lorsqu’on emploie un microscope traditionnel, on l’emploie en transmission cela signifie que la lumière traverse l’échantillon analysé. Vous avez aussi la possibilité de travailler en réflexion. Dans cette situation, l’échantillon est illuminé du même côté que l’observateur, par le dessus pour un modèle droit ou par le dessous pour les modèles inversés employés en métallographie ou en cristallographie. La lumière émise passe une première fois au travers de l’objectif, arrive sur l’échantillon, est réfléchie et repasse par l’objectif pour observation ce qui demande différents jeux de miroirs ou prismes. Elle sera utilisée pour examiner des objets opaques ou bien épais pour la transmission.

Microscopie en champ clair

Il s’agit de la méthode la plus simple et la plus ancienne. Les longueurs d’onde employées réduisent le pouvoir séparateur de ce microscope à 0,2 µm pour les modèles profitant des meilleures optiques. L’illumination s’effectue par transmission de lumière blanche ce qui veut dire que l’échantillon est illuminé par en-dessous et observé par au-dessus. Les limites de cette méthode sont majoritairement un faible contraste de la majorité des échantillons biologique et une faible résolution causée par le flou conçu par la matière hors du plan focal. En revanche, la méthode est facile et l’échantillon ne demande qu’une petite préparation. Si l’échantillon est éclairé par dessus, le microscope se nomme alors « microscope inversé ».

Microscopie en champ sombre

Le microscope à fond noir qui emploie la méthode de la microscopie en champ sombre permet d’optimiser le contraste d’échantillons transparents mais non teintés. L’illumination de champ sombre emploie une source de lumière alignée avec soin afin de réduire la quantité de lumière instantanément transmise et de ne collecter que la lumière diffusée au moyen de l’échantillon. Elle offre la possibilité d’optimiser de manière considérable le contraste, spécifiquement pour les échantillons transparents, tout ne demande que peu d’équipement et une préparation d’échantillon facile. Cependant, cette méthode souffre d’une petite intensité lumineuse collectée et demeure toujours affectée par la restriction de résolution. Cette méthode convient pour les êtres ou les objets plats à structure régulière et transparents, les formations filiformes, les objets punctiformes ou linéaires très fins.

Microscopie en fluorescence

Lorsque certains composés sont éclairés par une source de lumière de haute densité, ils produisent alors de la lumière à une énergie plus basse. La microscopie en fluorescence est une méthode employant un microscope optique doté d’un émetteur laser d’un rayonnement possédant une longueur d’onde précise. Ce rayonnement ira exciter une molécule particulière équipée de facultés fluorescentes.

Microscope à contraste de phase

Le contraste de phase est une méthode largement employée qui offre la possibilité de mettre en évidence les différences d’indices de réfraction comme différences de contraste. Elle a été évoluée au moyen du physicien hollandais Frederik Zemike lors des années 1930. Le contraste est de qualité, toutefois cette méthode ne peut être employée qu’avec des objets épais. Bien fréquemment, un halo se constitue autour des petits objets qui peut flouter les détails.

Le système se compose d’un anneau circulaire au sein du condenseur qui émet un cône de lumière. Ce dernier est superposé à un anneau de taille semblable dans l’objectif. Chaque objectif dispose d’un anneau de dimension différente, aussi il est essentiel d’adapter le condenseur à chaque changement d’objectif. L’anneau au sein de l’objectif a des facultés optiques particulières : il diminue l’intensité de la lumière directe et ce qui est le plus pertinent, il conçoit une différence de phase artificielle d’un quart de longueur d’onde qui conçoit des interférences avec la lumière diffusée, et qui conçoit le contraste de l’image.

Autres genres de microscopes

Parmi les autres genres de microscopes disponibles sur le marché, on retrouve l’éclairage épiscopique, l’illumination oblique, la microscopie en lumière polarisée, le microscope à contraste interférentiel, le microscope confocal, le microscope à statif inversé ainsi que le microscope sans lentille.

Quelle est la conception du microscope ?

La création de cet équipement demeure contestée, différentes sources se contredisant. Effectivement, la conception de la lentille grossissante fonctionnant à la façon d’une loupe et offrant la possibilité de grossir des détails, serait apparue lors du XVème siècle mais il semblerait cependant que le microscope fut conçu par Zacharias Janssen, un opticien venant de Hollande en 1595. Celui-ci aurait été le premier à mêler deux lentilles convexes, l’une ayant un effet grossissant tandis que l’autre a une utilisation oculaire. Son père l’aurait aussi à mettre en œuvre ce système. A ce moment-là, cet équipement servant avant tout à observer des globules ou bien des bactéries. Peu de temps ensuite, lors de l’année 1609, Galilée réalise le sien, composé pour sa part d’une lentille convexe ainsi que d’une lentille concave, qu’il nomma « occhiolino ». Le mot microscope, pour sa part, ne fut utilisé qu’en 1945 par Demisiano.

Développement et usage du microscope

Au fil des années, l’équipement se développa, tant au niveau de sa forme que des lentilles dont il se compose. Lors de l’année 1667, Robert Hooke conçoit le premier modèle complet comme nous le connaissons désormais : doté d’une table, d’un éclairage à condenseur ainsi que d’un système de mise au point, l’équipement lui permettra de découvrir la cellule. À ce moment, ce ne sont plus seulement deux mais trois lentilles qui sont employées, conçues en verre coulé. Lors de la fin du XVIIème siècle, Christian Huyghens conçoit un nouvel équipement structure de deux lentilles corrigeant toutes les aberrations chromatiques. Employé en biologie ainsi qu’en médecine, le microscope a depuis servi à la découverte de la division cellulaire, des agents pathogènes à la base des premiers vaccins ou bien des bacilles de la lèpre ainsi que de la tuberculose.

Points forts et inconvénients d’un microscope électronique

La microscopie électronique est une méthode pertinente qui nous permet de constater la structure microscopique de nombreux spécimens à une grande résolution. Toutefois, elle n’est pas sans points faibles et ne demande pas des moyens conséquents pour acquérir et mettre à jour l’équipement au fonctionnement optimal. Découvrons ensemble plus en détails les avantages et les désavantages de cet équipement. Chacun de ces éléments doit être considéré avant de prendre la décision si la microscopie électronique est l’alternative parfaite pour la situation actuelle.

Agrandissement et haute résolution

Parmi les atouts importants de cet équipement, la faculté de produire l’agrandissement de manière puissante figure en première place. Il présente un plus concernant la haute résolution que pour ce qui est de la microscopie optique et dispose d’un rôle important dans de multiples secteurs de recherche scientifique.

Diverses applications

La microscopie électronique présente un grand nombre d’applications dans l’industrie, la technologie ainsi que la recherche scientifique. Notamment, elle peut être utilisée pour des puces pour ordinateurs d’inspection, de conception de semi-conducteur ou encore le contrôle d’affirmation de contrôle qualité. Ses principales facultés, en particulier sa capacité à présenter une image haute résolution des divers spécimens, lui permettent d’être pertinente pour différents objectifs.

Conditions ambiantes

Les modèles électroniques sont fortement sensibles à la vibration ainsi qu’aux champs magnétiques externes. Comme rendu, ils demandent un environnement stable afin de fonctionner et présenter une image haute résolution de l’échantillon. Dans certaines situation, le champ magnétique stoppant des systèmes sont exigés afin de permettre à l’équipement de fonctionner comme il faut.

En plus, la majorité des modèles sont aperçus au sein de l’aspirateur afin d’empêcher les molécules au sein du ciel de disperser les électrons et par conséquent de fausser le rendu du microscope. Toutefois, quelques modèles comme le microscope électronique environnemental de lecture, ont dépassé cette limitation, avec la faculté de voir les objets hydratés au sein d’un environnement à petite pression ou mouillé.

Coût

Les modèles électroniques sont commercialisés à des tarifs plus élevés pour ce qui est de l’acquisition mais aussi de l’entretien, notamment les modèles dont les extrémités sont élevés. Cependant, lorsqu’on découvre les nombreuses fonctions proposées par ce produit, le tarif se révèle plus qu’attractif. Ainsi, nous vous recommandons d’acquérir un produit de ce genre.

Taille

Les microscopes électroniques ont tendance à être de grande taille et leur remplacement ou leur déménagement peuvent se révéler compliqués. Ainsi, des réparations seront sûrement nécessaires lorsque vous tenterez de le déplacer puisque les pièces peuvent aisément être endommagées. Un grand espace est nécessaire afin de conserver le microscope mais aussi de le sécuriser envers les forces externes qui pourraient nuire aux électrons et par extension à l’image proposée par l’équipement.

Maintenance

On compte un certain nombre de choses qui doivent être prises en considération lors de la mise à jour du microscope électronique. Ces choses nécessitent un temps significatif mais aussi un certain investissement. Il est important de garantir un alimentation continue en tension ainsi qu’en courants électromagnétiques ainsi que la circulation d’eau afin de limiter les dégâts à l’échantillon qui pourrait arriver à cause de l’excitation des électrons lorsque le microscope est employé.

Formation

L’utilisation d’un tel microscope ne demeure pas un procédé simple et une formation spécialisée est importante afin que quelqu’un connaisse le fonctionnement de l’appareil mais aussi la préparation des échantillons. Ainsi, cela se révèle être un procédé de longue durée et qui peut présenter un investissement significatif pour les entreprises qui doivent fournir cette formation à leur personnel.

Les différents critères d’achat d’un microscope

Sélectionner son microscope n’est pas une petite affaire : dimensions du grossissement, lames, oculaires, éclairage, chaque petit détail a son importance. Que vous soyez un novice, un utilisateur régulier ou bien expérimenté, nous allons penser en détails les critères d’achat afin d’acquérir un microscope doté d’un très bon rapport qualité/prix.

Que ce soit pour un usage professionnel ou pour le loisir, la sélection d’un microscope n’est pas une tâche simple. Si vous vous questionnez comment acquérir un microscope qualitatif, nous allons vous présenter tous les éléments de réponse. Par conséquent, vous profiterez des bons repères afin de vous diriger dans le commerce.

Déterminer ses besoins

Bien sélectionner son microscope peut se montrer compliqué puisqu’on compte de très nombreuses variantes dans le commerce, pour des applications diverses. Tout d’abord, il est nécessaire de connaître quelle utilisation vous désirez faire de votre équipement et quels genres d’échantillons vous désirez observer. Si vos échantillons à observer sont de grande taille et ne demandent pas de grossissement, privilégiez la loupe binoculaire. Dans la microscopie traditionnelle, la lumière arrive sur l’échantillon depuis le bas et son observation s’effectue par au-dessus. Le microscope traditionnel est employé pour l’observation ainsi que les grossissement d’échantillons sur lame. Dans la microscopie inversée, la source de lumière est positionnée au-dessus de l’échantillon et les objectifs en-dessous. Ce modèle est employé pour l’observation de cellules en culture in vitro et offre la possibilité d’observer des objets épais ou positionnées sur le fond de boîtes de pétri.

Objectif

Comment sélectionner un microscope de qualité ? Il est pertinent de se référer à la qualité et aux performances de son objectif. Il s’agit d’une des pièces maîtresses, s’il ne s’agit pas de LA pièce maîtresse du système d’observation. C’est grâce à lui que vous pouvez entreprendre toute l’opération de l’observation. Il fixe le composant et grossit l’image. Pour les variantes « jouets », les limites du grossissement se font rapidement. Ils n’effectuent qu’un grossissement de x4 (4 fois la dimension réelle). S’ils sont parfaits pour les enfants, un adulte, même non spécialiste devra préférer des objectifs plus performants.

Vous pouvez dénicher au choix des équipements capables de présenter des grossissements x10, x40, x60, x100, … En fonction des conseils des utilisateurs, il faut privilégier les équipements capables de grossissements conséquents, dans la limite de votre budget bien évidemment. On distingue divers objectifs : les modèles achromatiques qui offrent la possibilité de rectifier sur les aberrations chromatiques ainsi que les modèles plan-achromatiques qui offrent la possibilité de rectifier les aberrations chromatiques mais aussi la planéité sur le pourtour de l’image.

Oculaire

Après avoir sélectionné les deux premières options, il est désormais temps de connaître quel genre de microscope est le plus adapté en fonction de vos besoins et de vos habitudes de travail. On distingue plusieurs genres d’oculaires : le microscope monoculaire permet l’observation par le biais d’un seul œil. Ce genre d’équipement est parfait pour l’enseignement ainsi que pour les novices puisqu’il se révèle très simple d’usage. Au moyen d’un microscope binoculaire, l’observation s’effectue avec les deux yeux. Il offre un très bon confort d’usage et se destine pour les individus expérimentés. Enfin, le microscope trinoculaire se réalise aussi avec les deux yeux. Il peut être doté d’une caméra sur la sortie du dessus. Ce modèle est élaboré pour des personnes expérimentées.

Fixation des échantillons

En ce qui concerne la fixation des échantillons, il est important de déterminer la façon dont seront positionnés vos échantillons. Il faut par conséquent faire la bonne fonction en fonction de votre usage.

Condenseur

Ensuite, il vous faudra déterminer quel genre de condensateur vous sera nécessaire. Cet élément est positionné au-dessus de la source de lumière au sein d’un microscope traditionnel et en-dessous de la source de lumière pour un modèle inversé. Ils fonctionnent en recueillant la lumière provenant de la source lumineuse de l’équipement et en la concentrant au sein d’un cône qui éclaire l’échantillon. Son usage est conseillé pour un travail à fort grossissement. Cet élément est parfait pour les personnes expérimentées. Le condenseur de platine offre la possibilité d’optimiser le cône de lumière incident ce qui permet à offrir un résultat plus net et contrasté. Pour ce qui est du condenseur d’Abbé, ce modèle permet une optimisation du cône de lumière incident en ayant la spécificité d’avoir une ouverture numérique assez large.

Commandes de grossissements

La mise au point de l’équipement s’effectue au moyen de commandes. On en compte plusieurs. Les commandes séparées sont recommandées pour les novices, elles permettent d’avoir une très grande facilité d’usage car la mise au point micrométrique et macrométrique est séparée. Les commandes coaxiales quant à elles présentent un grand confort de travail. La mise au point micrométrique et macrométrique est coaxiale, elle est destinée aux utilisateurs confirmés de l’équipement.

Systèmes d’éclairage

Parmi les autres éléments à prendre en considération avant que vous ne partiez dénicher la boutique où acquérir un nouveau équipement, il s’agit de l’éclairage. Une observation de qualité ne peut s’effectuer sans un éclairage approprié. La lumière ambiante n’est fréquemment pas satisfaisante afin d’offrir une vision claire. On déniche plusieurs genres de systèmes d’éclairage. Celui par miroir est le plus simple. Il utilise de la lumière naturelle, ambiante ou artificielle. Il y a ensuite le système par lampe enfichable, assez encombrante mais simple à manipuler. Pour finir, l’éclairage intégré, le plus pertinent. Il est vendu avec une lampe halogène ou LED. Le système ne demande que peu de place et la lumière est proche de la lumière naturelle tout en demeurant froide. Mais il est préférable de s’orienter vers un éclairage à intensité ajustable.

Tête du microscope

La tête du microscope désigne le point de départ de toute votre recherche. Et il dépend de manière exclusive de vos besoins. Effectivement, vous vous orienterez vers tel ou tel genre de tête en fonction de l’usage prévu de l’équipement. Si vous désirez offrir un microscope à un enfant ou à un adolescent afin de stimuler son esprit de recherche ainsi que sa curiosité, ou si vous désirez l’employer personnellement mais comme un loisir, préférez un microscope doté d’une tête droite. Il est très simple d’utilisation et convient par conséquent aux débutants en la matière. Il offre une observation satisfaisante et sert principalement de divertissement. Mais son plus gros atout est financier. Ils sont plus attractifs que les variantes professionnelles.

Les modèles pro présentent une tête inclinée. Ils s’adressent aux scientifiques et autres spécialistes qui ont besoin de davantage de précision lors de leur examen d’un spécimen. Ils se révèlent plus confortables à employer au moyen de l’angle de la tête justement. Ils offrent une platine qui bouge afin de faire la mise au point. Ils sont élaborés pour un usage plus prolongé et pointu. Mais ils sont plus coûteux, comme vous pourrez le voir au sein d’un comparateur de tarifs. Ils peuvent aller aisément jusqu’à plusieurs milliers d’euros.

Quelles sont les meilleures marques ?

On retrouve divers concepteurs de microscopes et les marques sont par conséquent bien nombreuses. La majorité ne se spécialisent pas dans cette conception mais demeurent cependant une référence en la matière. Parmi ces dernières, on retrouve l’enseigne KERN qui est réputée pour sa conception de balances. Ces modèles de microscopes sont bien répandues et on déniche autant des modèles pour des novices que pour des spécialistes.

BRESSER fait partie des premières citées lorsqu’on recherche un microscope. Ces équipements répondent chacun à une cible et à une nécessité particulière attirant de multiples utilisateurs. En dehors d’entre elles, il y a la société OPTIKA, MOTIC, EUROMEX, NIKON, ZEISS, NACHET ainsi que OLYMPUS.

Comment utiliser un microscope ? + Points importants

Un microscope est un équipement qui permet de grossir une image afin d’observer de petites structures en détails. Bien qu’on en compte de nombreuses tailles différentes, les microscopes employés à l’école ainsi qu’à la maison présentent fréquemment les mêmes éléments : oculaire, pied, lentilles et platine porte-échantillon. En apprenant les bases de l’usage d’un microscope, vous sécuriserez votre produit et profiterez d’un précieux équipement de recherche.

Mettre le microscope sur une surface plane et propre

Positionnez votre équipement sur une surface plane et propre. Entretenez la surface afin de supprimer les débris qui risquent d’endommager votre appareil. Servez-vous d’un nettoyant de surface ainsi qu’un chiffon non pelucheux si besoin. Faites attention à ce que la table soit positionnée à proximité d’une prise électrique. Tenez le produit en positionnant une main sous le pied et l’autre sur la potence. Ne le prenez jamais seulement au moyen de la potence. Positionnez le produit sur la table et branchez-le.

Faire tourner les différents objectifs

Dirigez les objectifs de manière à ce que celui possédant le grossissement le plus faible se trouve au-dessus de la platine. Le grossissement le plus faible demeure la meilleure alternative pour commencer puisqu’il vous permet d’observer une grosse partie du spécimen. Le niveau de grossissement est inscrit sur l’extrémité de l’objectif. Plus le chiffre est petit, plus le grossissement sera faible. Il sera plus simple d’effectuer la mise au point sur une zone particulière de l’échantillon au moyen de cet objectif. Quand vous changerez les objectifs, conservez un œil sur la platine.

Quelques précautions à prendre en considération

Conservez le manuel de l’équipement à proximité. Lisez-le de façon attentive afin de savoir comment utiliser votre appareil. Celui-ci contient aussi des instructions sur la maintenance et l’entretien du produit. Lavez-vous les mains avant de débuter. Vos mains sont couvertes de gras qui peut aisément se répandre sur vos échantillons ainsi que vos lames. Le gras risque d’endommager votre appareil. Si vous disposez de gants, n’hésitez pas à vous en servir. Conservez autant que vous le pouvez vos mains ainsi que votre espace de travail dénués de saletés et de particules polluantes.

Conservez un chiffon non pelucheux à proximité de vous afin d’entretenir et utiliser les lames. Celui-ci permettra de ne pas laisser de peluche lorsque vous l’emploierez sur une quelconque surface. La majorité des lames sont pressées sur une extrémité afin d’optimiser la procédure de montage. Cela les exposer encore plus à la poussière et autres contaminants. Vous comprenez ainsi la pertinence d’un tissu non pelucheux.

Servez-vous de lames préparées

Les lames préparées contiennent déjà un spécimen installé de manière correcte. Vous les dénicherez au sein des boutiques d’articles scientifiques mais vous avez aussi la possibilité que quelques-unes soient vendues avec votre appareil. Une fois habitué à l’usage de l’équipement, vous pourrez préparer vos lames. Afin de faire cette étape, saisissez un échantillon que vous désirez observer en détail (l’eau ou le pollen sont idéaux afin de débuter). Versez une infime goutte ou positionnez plusieurs grains de pollen sur la lame. Positionnez la seconde lame en suivant un angle de quarante cinq degrés par-dessus la première et laissez-la tomber avec douceur. L’eau permettra de maintenir les deux lames en place. Afin de conserver vos échantillons sur le long terme, utilisez un peu de vernis sur les bords des lames.

Disposez les lames sur la platine

Lorsque vous positionnerez les lames sur la platine, tenez-les seulement sur les extrémités afin de ne pas les endommager puisque le gras ainsi que vos empreintes peuvent endommager ces dernières. Vous pouvez aussi employer votre chiffon non pelucheux. Maintenez-les au moyen des deux valets. Vous trouverez deux valets conçus en métal ou en plastique sur la plate forme qui permettent de maintenir les lames en place. Servez-vous en afin de libérer vos mains et pouvoir être concentré sur l’équipement. Ne forcez surtout pas, si vous avez des difficultés à fixer les lames, faites-le glisser valet après valet. Les lames sont plutôt fragiles et peuvent se briser si cette étape n’est pas bien réalisée. Une fois cette étape réalisée, mettez en marche votre appareil.

Ajuster l’oculaire

Lors de cette étape, mettez en état de fonctionnement votre microscope. Ajustez l’oculaire si votre équipement dispose d’une tête binoculaire. S’il ne comprend qu’un unique oculaire, vous pouvez mettre de côté cette étape. Ajustez les ocules de manière à obtenir l’espacement parfait entre les yeux. Vous devez constater un unique cercle de lumière lorsque vous regardez au moyen de deux oculaires. Si vous observez deux images lorsque vous regardez à travers les oculaires, poursuivez l’ajustement de la distance. Rapprochez les oculaires ou bien écartez-les jusqu’à ce que vous n’aperceviez qu’un unique cercle de lumière. Enlevez vos lunettes si vous en êtes muni. Vous pouvez ajuster le microscope afin de voir l’objet par rapport à votre vue.

Effectuez le réglage du diaphragme

Ajustez le diaphragme à son ouverture la plus grande. Ce composant vous offre la possibilité de modifier la quantité de lumière qui éclaire les lames. Pour débuter la mise au point de votre spécimen, vous devez éclairer au maximum les lames. Vous trouverez un levier ou bien une vis servant à changer le diamètre d’ouverture du diaphragme. Déplacez le levier ou bien faites tourner la vis de manière à ce que le diaphragme soit intégralement ouvert.

Mise au point

Débutez la mise au point avec une lentille à faible puissance. Vous devez disposer de deux ou trois lentilles différentes que vous pouvez alterner afin de grossir l’échantillon. Débutez avec la lentille x4 et haussez jusqu’à ce que votre mise au point soit terminée. La lentille x4 est le classique pour ce qui est des lentilles faible puissance sur un équipement basique.

Déplacez ensuite les lames afin qu’elles se retrouvent au centre de la platine si besoin. La majorité des lames sont plus grandes que l’échantillon qu’elles contiennent. Si vous constatez l’échantillon, installez-le directement au milieu de la source de lumière. Si vous ne l’apercevez pas, déplacez doucement les lames jusqu’à ce qu’elles se retrouvent visibles par le biais de l’oculaire.

Effectuez la mise au point au moyen des vis d’ajustement et du diaphragme. Débutez par les vis macrométriques puis la vis micrométrique avant de changer le niveau de lumière. Tout en observant au sein de l’oculaire, tournez doucement la vis macrométrique jusqu’à profiter d’une image de l’échantillon. Servez-vous de la vis micométrique afin d’optimiser la mise au point. Ajustez le diaphragme en-dessous de la platine. Diminuez l’ouverture afin de profiter d’une image davantage détaillée et moins délavée. Vous pourrez ensuite ajuster à votre convenance le grossissement de l’image.

Après usage

Rangez votre équipement à l’intérieur d’une housse. La poussière ainsi que les particules en suspension peuvent endommager les lentilles. Conservez vos lentilles ainsi que votre espace de travail nets afin de prévenir les possibles dommages. N’entretenez vos lentilles qu’au moyen d’une solution nettoyante et d’un chiffon non pelucheux comme nous pourrons le voir ensuite. Ne touchez en aucun cas les lentilles de l’équipement avec vos doigts. Vous prenez le risque de laisser du gras ainsi que vos empreintes digitales sur cette partie pertinente de l’équipement.

A consulter aussi : Comment calculer le grossissement d’un microscope ?

Quel entretien ?

Pour commencer, il faut savoir que le microscope doit être sécurisé des champignons, des poussières et autres saletés. Dans ce but, il faut de temps à autre, si ce n’est suite à chaque usage, procéder à un entretien minutieux. Des soucis peuvent survenir lorsqu’on se sert d’un microscope mais son nettoyage régulier peut aider à les surmonter. Mais que ce soit un souci de tête de l’équipement, un souci lié à la qualité d’éclairage, de l’image ou de lumière, on retrouve des vérifications courantes que vous pourrez effectuer vous-même.

Vous vous demandez quel matériel il vous faut pour un entretien depuis chez vous, des tiges de coton, des compresses de gaz, des papiers optiques mais également un nettoyant optique, une poire soufflante, un pinceau fin à poils doux ainsi qu’une loupe. On déniche des nettoyants optiques spécifiques mais vous avez cependant la possibilité d’employer de l’alcool à 90° ou un mélange d’éther et d’alcool en fonction des situations. Les diverses parties du microscope demandent une attention plus ou moins différente. Les surfaces en plastique ou bien peintes peuvent être entretenus au moyen d’un chiffon imprégné de détergent. En revanche, les oculaires ainsi que les lentilles demeurent les plus fragiles et demandent d’être constamment propres. Ils ont donc plus besoin de soin et de concentration.

Entretien des oculaires

Pour commencer, chassez les poussières en soufflant au moyen d’un souffleur ou bien d’une poire soufflante. L’oculaire peut être entretenu grâce à un coton-tige imbibé d’une solution nettoyante pour les lentilles. Dans ce but, effectuez des mouvements circulaires de l’intérieur vers l’extérieur ce qui revient du centre vers le bord. Ensuite, essuyez les lentilles grâce à du papier optique qui permet de limiter les rayures.

Entretien des objectifs

Tout d’abord, il ne faut pas retirer les objectifs mais les entretenir en les conservant maintenus au microscope. Imbiber le papier avec le nettoyant et effectuez les mêmes mouvements intérieurs vers l’extérieur afin d’essuyer. En ce qui concerne les objectifs à immersion, faites attention à bien essuyer l’huile après chaque usage. Suite à cela, nettoyez grâce à un papier imbibé de nettoyant. Cela dépend du genre d’huile, il n’est pas obligatoire d’entretenir à chaque utilisation. Dans certaines situations, limiter le contact de l’huile avec votre peau puisque certaines solutions peuvent contenir des composants toxiques pour vous.

En ce qui concerne les objectifs à sec, entretenez seulement au moyen d’un chiffon imbibé d’alcool/éther ou d’alcool. Limitez le contact de l’huile à immersion sur les objectifs. Si cela survient de manière accidentelle, baisser la platine, tourner le porte-objet, essayer l’élément qui a été souillé et entretenez avec le nettoyant pour optique. Vérifier grâce à une loupe les possibles défauts sur les lentilles.

Entretien des lames, des lamelles ainsi que du plateau

Pour ce qui est du plateau du microscope, il vous suffit de l’essuyer grâce à une solution nettoyante ainsi qu’un chiffon doux ou bien un coton-tige en fonction des recoins. Laissez votre plateau sécher et répéter les étapes par rapport à vos nécessités. En ce qui concerne les condensateurs et les lentilles auxiliaires, il suffit également d’entretenir grâce à une lingette imbibée de nettoyant. Toujours en partant du milieu, effectuer l’entretien et essuyer par la suite avec du papier optique ou un coton-tige. L’entretien du tube optique ne s’effectue pas obligatoirement mais si nécessité, employer une bombe à gaz neutre (on en déniche au sein des équipements informatiques) afin de pouvoir éliminer les poussières.

Les lames pour les préparations doivent demeurer propres avant d’effectuer les préparations. Dans ce but, les entretenir à l’alcool sans frotter de chaque extrémité jusqu’à profiter d’une transparence plus ou moins idéale. Pour ce qui est des lamelles, il est préférable d’employer une nouvelle lamelle lors de chaque préparation. Sinon, vous pouvez toujours les réemployer en les rangeant peu à peu au sein d’un flacon d’eau couplé à du détergent. Après avoir un nombre satisfaisant de lamelles rangées, on peut les entretenir et les rincer grâce à de l’eau minérale ou de l’alcool. Faire sécher les lamelles en les positionnant sur du papier essuie-tout.

Et enfin, nettoyage des ampoules et des autres éléments

Dans la situation où vous aurez un souci avec l’éclairage ou la lumière, veuillez vérifier plusieurs points pour commencer, comme le positionnement du porte-objectif, le câble d’alimentation ou l’état de l’ampoule. Dans la situation où les lampes ou le fusible sont endommagés, ils ne peuvent pas être réparés. En revanche, ces pièces peuvent être modifiées en prenant en considération les références de l’équipement. Afin de remplacer une ampoule, il faut éviter de la manipuler avec les doigts. Dans toutes les situations, il faudra faire preuve de vigilance par rapport à l’appareil, certains soucis ne peuvent être résolus par soi-même alors il faudra faire appel à un professionnel.

Vous l’aurez compris, un microscope se bichonne si vous souhaitez qu’il dure dans le temps. Il ne peut se montrer efficace s’il comporte des rayures ou des poussières sur l’oculaire ou bien sur l’objectif. Sachant qu’après chaque usage, il est important de toujours dépoussiérer et protéger l’équipement. La vérification de l’optique, l’ajustage des vis et des objectifs peuvent se faire au mieux tous les trois mois. L’entretien complet peut s’effectuer une fois tous les ans avec une visite chez un professionnel afin de tester les composants du microscope.

Ce qu’il faut garder en tête c’est que le xylène est un équipement à proscrire de l’entretien d’un microscope. Il ne faut pas non plus laisser un tel équipement exposé au soleil ou au sein d’une zone humide et éviter autant que possible le transport sans le caler au mieux. Pour finir, manipuler votre appareil avec soin et ne jamais le démonter par soi-même.

entretien-maison-nettoyage