Comment utiliser une surjeteuse ?

La couture est une partie intégrante de la mode. Elle englobe plusieurs éléments dont : la coupe, l’assemblage et la finition. La finition est très importante et la réussir n’est pas toujours aisée. Plusieurs machines sont utilisées aujourd’hui pour la finition. Au nombre de ces machines, nous avons la surjeteuse.

Si l’achat d’une surjeteuse vous intéresse : Comparatif Surjeteuse

La surjeteuse est une sorte de machine à coudre qui sert à couper, piquer et surfiler un ou deux tissus en une unique action. Mais qu’est-ce vraiment et quelle utilisation peut-on en faire ?

La surjeteuse, qu’est-ce ?surjeteuse-explication

La machine surjeteuse à l’inverse de la piqueuse (machine à coude) fonctionne avec de deux (2) aiguilles ; et suivant le modèle, elle peut utiliser deux (2) à cinq (5) rouleaux (bobines) de fils conjointement. Elle est excellente en matière d’assemblage de tissus et de finitions en point de chainette mais elle est incapable de faire les points droits (point de piqure simple).

Pour plus d’infos sur le sujet : Qu’est-ce qu’une surjeteuse ?

Les principales applications de la surjeteuse sont : le coupage, le surfilage, la piqure et l’assemblage.

Les éléments constitutifs de la surjeteuse

Les divers éléments de la surjeteuse sont entre autres couteaux, griffes, volant, boucleurs, les porte-bobines et aiguilles.

Les aiguilles sont sélectionnées en fonction de la nature du tissu à traiter. On distingue :les aiguilles standards (cime normale ) pour les tissus naturels, synthétiques, manteau et toilette traditionnelles ; les aiguilles jersey (cime arrondie) pour les tissus jersey, dorlastann , lycra ; les aiguilles microtex ( cime ultra fine) pour la soie , les microfibres ; les aiguilles stretch (pointe boule) pour les rideaux et les tricots ; les aiguilles cuir (cime cannelure et triangulaire) pour tous les types de cuir ; les aiguilles jeans-tissus solides ( cime fine et chromée) pour toile, plastique, denim velours et tout type de jeans ; et les aiguilles patchwork ( cime fine) pour les tissus rembourrés.

Les griffes de la surjeteuse sont qualifiées d’entrainement et assurent l’acheminement différentiel. Les griffes d’entraînement sont déterminées en tenant compte de la couture désirée et du tissu.

Le volant de la surjeteuse comme celle de la machine à coudre a pour rôle de faciliter la manipulation de l’aiguille : relever et abaisser.

Les porte-bobines dotées d’anti-vibreur sont en nombre supérieur sur la surjeteuse, comparativement à la machine à coudre. Les boucleurs quant à eux portent des enfileurs automatiques qui favorisent un passage aisé des fils.

Pour lire un petit test : Test et Avis de la surjeteuse BROTHER 2104D

La surjeteuse possède deux couteaux (dont l’un est mobile : le couteau supérieur) qui servent à morceler le tissu. Les différentes largeurs conseillées sont : pour les coutures précises 7 millimètres, pour les coutures traditionnelles 15 millimètres et pour les ourlets 30 millimètres.

Les divers points de couture

Voici une liste exhaustive des différents points que vous pouvez réaliser avec la surjeteuse :

  • Le surjet à 4 fils : il associe deux actions qui se font simultanément : coudre et surfiler en usant de quatre fils ; on le retrouve souvent dans les habits faits de tissus jersey et stretch
  • Le surjet 2,3 mm à 3 fils : sert au surfilage de tissus fins qui se filent sans difficulté
  • Le surjet 5 mm à 3 fils : s’utilise au surfilage de tissus épais
  • L’ourlet traditionnel : se fait à partir de trois fils et est de caractère professionnel
  • Le flatlock : couture à plat et décorative présente en dessous des fils croisés et au-dessus une piqure couple et s’emploie pour les tissus extensibles
  • L’ourlet roulotté à 2 ou 3 fils : presque imperceptible, s’emploie sur le bord de tissus fragiles et fins pour une belle finition.

La surjeteuse ne dispense pas de la machine à coudre mais doit s’y ajouter pour la conception et la réalisation d’ouvrages esthétiques à finition parfaite.

entretien-maison-nettoyage